Je ne suis pas « TA » jolie

Publié le 19 mars 2015 | Humeurs

Salut les chatons,

Ouh qu’il est dur à écrire c’t’article. Forcément, on va se fendre un poil moins la trogne que d’habitude.

Mais voilà un sujet qui m’interpelle au plus haut point, même si j’ai du mal à l’aborder tout simplement parce que je sors de ma zone de confort. Croyez-le ou non, mais il est bien plus simple pour moi de vous la causer rouge à lèvres.
Le harcèlement de rue, vous n’avez pas pu passer à côté ces derniers mois. Enfin on en parle. Nombreuses sont les réactions type « bah ouais, moi aussi j’vis ça tous les jours ». Je vais y ajouter la mienne aujourd’hui. Pour peut-être un jour ne plus avoir à entendre « bah arrête, t’es en France c’est quand même tranquille » ou encore « t’énerve pas, c’est un compliment ».

tweet

Non, ce n’est pas normal. Non, ça n’est pas flatteur. Et non, ça n’est pas innocent.
Les beaux jours arrivant, ça reprend de plus belle de mon côté. L’occasion pour moi de profiter du blogounet pour vous en toucher 2 mots.

Concrètement, au quotidien ça donne quoi ?

Bien souvent, le harcèlement de rue se limite à des mots. C’est vrai, mais c’est déjà beaucoup trop. Évidemment, y’a pas mort d’homme, mais j’ai l’impression qu’on se rend pas toujours compte de ce que ça peut engendrer chez une femme comme ressenti.
Mon mec par exemple n’avait aucune idée de tout ça (et dieu sait que c’est quelqu’un de bien, d’attentionné et de très ouvert sur le monde qui l’entoure), je crois qu’il se rendait pas vraiment compte avant d’être avec moi. Ou qu’il pensait pas que ça puisse être aussi récurrent plutôt. Puis il m’a vu rentrer déboussolée, ou l’appeler terrifiée à la sortie du métro. Depuis il veut plus que je rentre seule tard (ou pas tard d’ailleurs), pas super pratique non plus ! Et pas une solution, on est d’accord.

Je crois qu’il ne se passe pas un seul jour sans qu’on vienne m’accoster dans la rue.

Je suis pas du tout en train de me la raconter genre « j’me fais alpaguer tous les 5m dès que j’fous un pied dehors tellement chuis bonnasse ».
Parce que c’est aussi les réactions qu’on peut lire un peu partout, masculines ou non d’ailleurs.
J’espère vraiment que mon message sera bien compris ici.

Probablement que le fait que je sois désormais piétonne augmente ces probabilités. C’est d’ailleurs parfois un peu plus stressant que quand je me trimballais en clio. Les gars se garent pour sortir de leur bagnole, t’attendre, te proposer un café ou de te raccompagner. T’es facilement en contact direct.

Alors tout y passe : on te demande du feu, l’heure ou encore des clopes. On te siffle, on te laisse passer au passage piéton mais visiblement on attend un remerciement plus chaleureux que prévu.
Finalement, le prétexte initial est vite oublié et on passe rapidement aux « compliments ». Et là encore, je mets de gros guillemets. On entend de tout, du « t‘es vraiment très belle » plutôt sympa en apparence (avant qu’il ne devienne beaucoup trop insistant), au complètement décomplexé « t’es bonne », « mhhh excitante ta jupe », « joli p’tit cul ! ».
Je vous laisse lire le genre de remarques cooloss qu’on rencontre à chaque coin de rue dans cet article. Ça vous paraîtra violent, légèrement vulgaire, moi-même j’ai du mal à les traduire ou les dire à haute voix, mais j’vous assure que c’est comme ça que ça s’passe.

exemple

Et ça, c’est verbal. Je vous parle même pas des mains au cul, dans les cheveux, des mains un peu partout en fait, juste pour avoir un contact physique, ou du gros lourd qui se colle à toi en remuant du bassin ou souffle dans ton cou dans un métro bondé. Pour beaucoup d’entre nous, ça s’appelle le quotidien. 

Nos réactions :

Plusieurs choix s’offrent à nous :

– La gentillesse
Au début tu réponds poliment, tu souris gênée pour pas paraître trop hautaine et l’énerver (cf photo et remarque du genre ci-dessus). Le malaise est bien présent, mais t’essaies de le cacher.
Sauf que bien évidemment, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres et bien souvent interprété comme un « ok, je suis intéressée ».

– L’indifférence
Alors tu prends tes distances quand le « non j’ai pas le temps » n’est pas suffisant, quand le tutoiement est visiblement de rigueur, quand « on peut faire la route ensemble si t’es pressée » s’installe.
Tu finis par te taire, ne plus répondre, accélérer le pas, et bien souvent on passe aux insultes « ah ça, elle le sait qu’elle est belle », « connasse », « vous êtes vraiment toutes des putes ». Normal, vous dites ?

– Le rentre-dedans
C’est quitte ou double, certains seront surpris que tu réagisses et calmeront le jeu, d’autres seront encore plus énervés, passeront au stade supérieur et utiliseront ton agressivité en retour pour justifier leur agression.
Personnellement je n’y arrive pas. Mon genre à moi, c’est plutôt : tu me demandes mon sac dans la rue, je te le donne et je rentre chialer chez ma mère. (jte promets, ça craint). J’ai très peur de la violence (physique ou verbale d’ailleurs), je la fuis généralement au maximum, et c’est vraiment un truc que j’dois bosser, au cas où.

Je sais pas, parfois j’voudrais simplement profiter du soleil sur le chemin du taf, continuer de rêvasser à peine sortie de mon lit, réviser mes paroles de Beyoncé, rentrer chez moi un peu plus tard que prévu sans flipper (et sans que mon mec flippe), et surtout pas réfléchir 15 ans à ce que je vais mettre, ou plutôt ce que je peux mettre en fonction de mes trajets du jour. Parce que oui, porter une jupe ne signifie pas avoir terriblement envie de faire l’amour. Première nouvelle.

diglee

L’excellent article de Diglee à lire ICI

Alors, on fait quoi ?

Quand ces gars-là ont décidé d’être con, c’est pour la vie. Et même si le sujet est désormais de moins en moins tabou, on est pas sorties de l’auberge. Les beaux jours sont de retour, et clairement je sens à nouveau cette pression autour de moi. L’objectif étant de ne pas rester emmitouflées sous nos 15 couches de fringues pour éviter de se faire emmerder, qu’est-ce qu’on peut faire ?

– On se fait entendre :
On tente de faire réagir les témoins autour de soi. On parle fort (on crie évidemment si ça va plus loin), on interpelle ses voisins, on va s’assoir à côté de quelqu’un de rassurant.
Ou on réagit si nous aussi on est témoin. Il suffit parfois de la réaction d’une minorité de personnes pour influencer la majorité. Alors peu importe ton degré de musculature, il faut se dire que si toi tu te lèves, quelqu’un te suivra forcément. Et ça peut changer une vie.

– On s’équipe :
Très terre à terre, certainement, mais bien utile. Tout peut tellement aller très vite. Et en cas d’attaque, ça permet de rétablir les chances de survie.
Une bombe lacrymo, légalement c’est pas autorisé (prendra ça en considération qui voudra). Mais surtout : un coup de vent, et c’est toi qui te ramasses tout dans la gueule.
Par contre, il existe des stylos « tactiques » (que vous trouverez facilement en armurerie ou sur internet). Autorisés donc, car leur fonction première est d’être un stylo (ce truc-là écrit vraiment) et ça passe devant un agent de police en cas de contrôle. Ils permettent, lorsqu’on apprend à les utiliser, de se libérer d’une immobilisation, mais aussi d’en faire un accessoire de défense.

– On apprend à se défendre :
Justement, et je vous en parle plus en détails la semaine prochaine en vidéo, mais j’ai participé à une initiation au self-defense.
Clairement, ça m’a changée. Évidemment qu’il faut un peu plus de temps pour intégrer toutes les prises, que ça devienne des réflexes pour le jour où. Mais déjà en une matinée, j’ai pris confiance. J’veux dire par là, que physiquement c’est très utile, mais mentalement aussi je me sens plus apte à riposter. Et on partait de loin croyez-moi.
Des stages existent un peu partout, j’espère que cette vidéo finira de vous convaincre sur l’utilité de la self-defense.

seldefense

Si vous voulez vous faire une première idée de ce que propose Nicolas, c’est ICI

– On en parle autour de soi :
Entre nous, j’avoue que de poser ça sur papier, ça me fout vraiment un coup au moral.
Peut-être que ça vous parlera un peu les meufs (j’espère que non), et que ça vous aidera à vous dire que c’est pas de votre faute (si l’une d’entre vous pense ça, qu’elle arrête tout de suite) et que c’est pas parce que vous êtes sapée de telle ou telle façon qu’on a le droit de vous harceler.
Peut-être que les mecs qui me lisent seront eux aussi sensibilisés.
Peut-être que ça servira pas à grand chose, probablement tu m’diras. Mais j’avais envie besoin.

Alors vous aussi, parlez-en, on ne doit pas céder à la peur. Il faut qu’on se serre les coudes pour que l’espace public soit plus safe pour les femmes (si ce sujet vous parle un peu, j’vous invite à lire Marylène Lieber).
Et pour les plus engagés parmi vous, pourquoi pas passer à l’action. Le collectif « Stop Harcèlement de Rue » propose pas mal d’actions concrètes, ou de simples rencontres pour augmenter leur visibilité et développer des « zones sans relou ».
Leur page Facebook ici.

PP chachaEt évidemment, parlez-m’en en commentaires, je suis très pressée d’avoir vos ressentis sur tout ça, masculins et féminins, et vos réactions à vous si vous en avez qui font mouche à chaque fois.
A lundi pour mon notre initiation au self-defense en vidéo !
Bisous,
Chacha

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

16 Réponses pour Je ne suis pas « TA » jolie

  1. SamLala dit :

    Je sais pas ce qui est le pire en fait. L’attitude ces mecs qui se croient tout permis, les insultes parce qu’une femme est sensée se soumettre et ne pas restée indifférente à leur « charme » (cest sur que se faire siffler ou les claquements de langue, cest hyper flatteur) ou l’indifférence des gens autour.
    Ça me rappelle un jour dans le tram avec une copine a l’heure de pointe des mecs qui nous ont appelé Princesse et qui nous ont mis les mains au cul. Moi j’ai crié je sais plus trop quoi pour attirer l’attention (a 2 contre 6 ou 7, tu flippes vite) mais les gens préfèrent détourner les yeux, moi je trouve que faire ça cest se montrer complice.

    Ou je me promenais à Paris, un mec une fois qui commence a me taper la discut et me prend la main pour m’entraîner quelque part soi-disant boire un Cafe *angoisse*

    (Désolée pour mon commentaire précédent, jai bugué :/)

    • En Mode Gonzesse dit :

      L’indifférence me dégoûte ouais, maintenant je vais carrément m’assoir à côté des gens et je les interpelle s’ils font genre il se passe rien. Mais bon, de mon côté c’est jamais allé plus loin, je ne sais pas s’ils finiraient par bouger ou non.
      C’est franchement l’angoisse ouais, c’est le terme :/

  2. Ala dit :

    Bonjour ! Cet article m’a rappelé de très mauvais souvenirs ..
    Je suis partie en voyage au Pérou, seule avec une amie l’été 2013.
    J’avais été prévenue que deux petites blanches d’une vingtaine d’années, ça allait attirer l’attention des hommes … Et ça n’a pas loupé, à chaque fois que nous étions dans une grande ville (Lima, Cusco, …) nous nous faisions siffler avec insistance par des groupes d’hommes, alors que nous étions en mode polaire / chaussures de marche/pas maquillées … Nous avions particulièrement eu peur un soir, en rentrant vers notre auberge où une dizaine d’hommes nous ont suivi, en nous prenant par la main pour qu’on les suive pour aller boire un verre avec eux … Heureusement nous avons réussi à nous « enfuir », mais je ne sais pas ce qui aurait pu se passer ..

    • En Mode Gonzesse dit :

      Merci pour ton témoignage Ala, j’ose même pas imaginer la vie de ces femmes dans des pays où la place de l’homme est encore plus importante que chez nous. C’est vraiment dégueulasse.

  3. Helpblog dit :

    Alors là je te salue ! J’aimerais que les hommes viennent le lire… Les beaux jours reviennent et j’ai envie de montrer mes gambettes au soleil. Et j’aime bien en porter, eh bien me dire que des gros lourds vont venir me reluquer, ou me faire des remarques salaces me donnent envie de vomir !!!
    Ce n’est pas gratifiant ce genre de compliment, c’est plutôt avilissant, j’ai l’impression d’être sale (Et je ne déconne pas !).
    Mon homme a beaucoup de mal à ce que je sorte en jupe quand il n’est pas là 😉 Alors, je comprends que ton homme peuvent ressentir ça aussi :/
    Merci pour cet article !

    • En Mode Gonzesse dit :

      Coucou ma belle,
      J’ai le même sentiment de saleté que toi oui, je sais pas qui leur a laissé croire un jour qu’on pouvait séduire une femme comme ça…
      Merci à toi pour ton avis !
      Bisous

  4. Kuuki dit :

    La dernière fois que ça m’est arrivé j’étais même pas toute seule, mais avec un mec, et le commentaire auquel j’ai (enfin nous) avons eu droit était carrément salace.
    Le mec avec qui j’étais a halluciné quand je lui ai dit en haussant les épaules que j’avais l’habitude.

    Cela dit j’ai tout eu, y a les mecs flippants qui bloquent la sortie du tram quand tu veux sortir. Celui qui s’accroche à la barre à côté de toi, ce qui fait que son bras se retrouve juste devant toi et toi tu le vois descendre de plus en plus jusqu’à se retrouver sur tes seins et tu peux pas bouger parce que t’es coincé entre le siège et le bras du mec. Y a eu aussi le mec qui m’a abordée trois fois dans la rue. Et j’ai aussi eu les types qui s’arrêtent en voiture la nuit pour te demander s’ils pouvaient te ramener.

    Enfin bref, la plupart du temps j’ignore le truc, c’est encore ce que je trouve le plus efficace.

    • En Mode Gonzesse dit :

      Ça me rappelle la réaction de mon beau-frère marocain quand on parle de racisme. Il hausse les épaules lui aussi. Tristesse.
      C’est ce que je me dis aussi pour l’ignorance, jusqu’au jour où ça suffira pas. Je crois vraiment qu’il faut s’y préparer.
      Merci pour ton témoignage, je t’embrasse

  5. Merci pour ton article!!! Il me rappelle de bien mauvais souvenir…. Je me suis fait agressée verbalement et cracher dessus alors que j’étais avec ma fille et que j’ai tenu tête à un gros connard (dans des toilettes publiques de la gare) !!! Mais comme j’ai répondu et que je ne me suis pas écrasée, ça n’a pas plu au monsieur! Pourtant sa copine et son bébé était à 2m! Il a voulu faire le caïd en pensant que j’étais seule mais mes parents, mes beaux-parents et mon mari étaient à l’extérieur à quelques mètres. Il a beaucoup moins fait le malin quand mon mari est arrivé et l’a attrapé! Mais son côté j’me la pète a refait surface quand la police sncf a fait son apparition! Franchement, je n’avais qu’une envie lui démonter la tête!!! J’ai mis quelques jours à digérer cette agression car ça aurait pu très mal finir… Du coup, je me demande si la prochaine fois, je ne m’écraserai pas! Pour les cours de défense, j’avoue que j’y pense de plus en plus.

    • En Mode Gonzesse dit :

      Ma pauvre, avec ta fille en plus ça doit être encore plus angoissant.
      Renseigne-toi en tout cas, je pense que ça vaut vraiment la peine de s’y intéresser, malheureusement.
      Je t’embrasse !

  6. Majiji dit :

    Merci Chacha pour cet article!

    Je trouve que tu as bien sur traiter le sujet, et malheureusement qu’on soit en France ou en Suisse, des pays réputés « sûrs », ce n’est pas moins dérangeant, et ça devient carrément flippant parfois.
    En plus j’ai l’impression que ça devient de plus en plus fréquent même en plein jour! (Et pourtant, je ne porte pas de jupes, j’ose à peine imaginer si c’était le cas)

    Il ne faut pas sous-estimer ces comportement et je pense que tu as raison quand tu mentionnes le fait de sensibiliser les hommes à ça, car on ne se rend pas compte des conséquences. Je vais commencer par partager ton article!

    Gros bisous et faites attention à vous les filles!

    • En Mode Gonzesse dit :

      Merci ma jolie pour ton soutien et ton partage, c’était dur à sortir mais bien contente d’y être parvenue ! Attention à toi aussi, bisous d’amour <3

  7. Ninon dit :

    Plus le temps passe, et moins je m’écrase devant tout ça. Je suis née à Paris, et j’y ai vécu toute ma vie, alors le harcèlement dans les transports en communs, je vis ça depuis que je suis ado. Et du haut de mes 28 balais, je suis arrivée à saturation. Maintenant je m’énerve sur les mecs, je gueule car je me dis que moi au moins, j’ose le faire, et que peut être que si je leur fout un peu la honte, ça va les faire réfléchir 30 secondes, mais il faut avouer que j’appréhende un peu le jour où il y en aura un qui deviendra vraiment violent en réaction.

    Ce qui me rend le plus dingue, c’est que je suis un peu « protégée » par mon surpoids, non seulement, j’ai un peu moins de remarques que les copines, mais en plus, physiquement, je fais le poids, littéralement, il sera plus dur de se confronter à moi physiquement. Mais du coup, alors que je suis en train de perdre du poids, car au niveau santé, c’était plus vraiment ça, et bien j’appréhende à mort le jour où je ne serais plus grosse. C’est affreux quand on y pense d’avoir peur d’être en meilleure santé pour une raison aussi triviale…

    • En Mode Gonzesse dit :

      Merci pour ton avis Ninon, et chapeau pour ce cran que tu as !
      J’ai connu de tout, en jupe ou en pantalon, maquillée ou non, en surpoids ou pas, je reçois malheureusement autant de réflexions. Je suis pas sûre que tes copines soient moins protégées tu vois, pour moi ça n’a pas empiré avec ma perte de poids, mais ça s’est pas calmé non plus ! Bref, c’est la merde, mais pense plutôt à ta santé 🙂
      Plein de courage !

  8. Article très intéressant. Sur le Madmoizelle, un homme avait écrit à propos du harcèlement de rue et il disait comme dans le message Twitter « Ce n’est pas parce qu’on dit « charmante » qu’on va vous violer » un truc dans le genre.
    http://www.madmoizelle.com/harcelement-de-rue-drague-322645

    Toutes les femmes vivent le harcèlement de rue au quotidien ! Et ce n’est même pas une question de beauté ! Tu es une femme, tu as un « trou » – excuses-moi de la vulgarité – donc harcèlement de rue ! Les seuls jours où je n’ai pas droit au harcèlement de rue c’est quand je ne sors pas de chez moi ou quand je suis avec un homme.
    Je ne sais même pas comment réagir car quand tu es indifférente tu as des remarques, quand tu réponds ça les encourage ! Bref tu ne sais pas comment réagir.
    Le souci c’est qu’on ne peut pas compter sur l’aide des autres. Il n’y a qu’à voir les faits divers, une jeune femme s’est faite violée dans un train devant des passagers et personne n’est intervenue ! Ou encore l’émission sur France 4 Cam-Cash je crois qui montrait une jeune femme en train de se faire harceler, personne n’intervenait au début et finalement quelqu’un décide à intervenir et c’est une femme !
    En tout cas les initiatives de Stop au harcèlement de rue sont intéressantes.

    Merci pour cet article. Bises

    • En Mode Gonzesse dit :

      Hello ma belle,
      Oui, j’avais lu cet article sur Madmoizelle, affligeant.
      Bien d’accord pour la question de beauté, ça m’arrive peu importe ma dégaine, ma tenue ou mon surpoids !
      Tu peux compter sur toi-même, j’espère que la vidéo sur le self-defense te donnera envie !
      Courage <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*