Tu sais que tu es traducteur quand…

Publié le 14 mai 2014 | Humeurs

Salut les chatons,

Aujourd’hui, on parle boulot. Et merde.
Cet article est donc une grosse grosse marade tellement les jours où je vais venir bosser en mai sont rares.
Call me Mme Pont. Contrairement à Amandine vous l’aurez compris mouahahahah

Bref, mon métier c’est traductrice. Grosso merdo hein, pour simplifier (en vrai on dit “Chef de Projets” mais comme c’est le cas d’1 personne sur 2 sur cette terre, soyons plus précis).
Et quotidiennement, des gens naissent pour me les briser. Je vois pas d’autre explication. Petit récap des perlouzes que je subis au bureau, et parfois même une fois la porte claquée. INADMISSIBLE.

 

Tu sais que tu es traducteur quand…

– Tous les jours, tu te bats contre ces amours de clients qui pensent maitriser l’anglais depuis qu’ils ont passé 3 jours à Douvres avec Mme Michaux en 3ème B. Un classique pourtant bien réel, j’vous assure.

– Tu reçois une demande type “J’ai commencé à traduire moi-même, mais ça se complique, vous pouvez me relire ?”. A tout hasard, si des intéressés me lisent, sachez que bien souvent, il est plus rapide de traduire à partir de rien que de corriger vos merdes. Et va expliquer gentiment à ton client que le taf qu’il a fait en urgence le weekend dernier, entre 2 épisodes d’Esprits Criminels les boules, le tout sans être payé en heures supp, bah ça te sert à rien. SORRY.

– Ton client te balance un joli petit “Bah c’est bizaaaaaaaaaarre, j’ai passé votre traduction dans Reverso je trouve pas exactement la même chose en allemand, comment l’expliquez-vous ?”. Comment te dire sans que j’m’énerve ???

– Un nouveau client t’envoie un mail incendiaire critiquant la qualité désastreuse de ton travail, et que tout ce qu’il a remplacé c’est un “mais” par un “cependant”. Grosse prise de risque stylistique. COUCOU LE ZELE.

traducteursTu lui as* expliqué

– Tu reçois 1 487 CV par jour de types dont la daronne est américaine et qui du coup pensent pouvoir traduire à tout va, ou sous-titrer les derniers épisodes d’Hartley Cœur a Vif (le job de rêve tu sais) (non j’ai pas 15 trains de retard pourquoi ?). C’est utile ou pas de préciser qu’être bilingue c’est pas pareil qu’être traducteur ? Que genre les 5 ans d’études c’est pas pour les chiens ? Que les techniques de tournure de phrase, le travail de rédaction, s’adapter au contexte, au client, au domaine, aux spécificités linguistiques, tout ça, ça s’apprend pas en draguant à Temple Bar ? (ça aide un peu quand même ADMETTONS)

– Tes potes (pire ton mec) te reprennent quand tu fais une faute d’orthographe. Hey les gars, on est tous égaux passés les 3h du mat et/ou les 15g par poche.

– Ces mêmes potes te demandent de traduire CV et lettre de motivation en 48 langues, le tout la veille pour le lendemain. Évidemment après des études poussées en élagage de thuyas centenaires au fin fond de la Bavière. T’as pas plus simple ?

– Visiblement y’a marqué “Larousse” sur ton front. Ça occupera ptet l’espace tu m’diras. Tu te retrouves à te faire agresser un vendredi soir à base de “Au faiiiiiiiiit on m’a demandé aujourd’hui comment on disait “moissonneuse batteuse en espagnol”, t’as une idée ??”. On peut répondre “moissonneusa batteusa” ou pas ? Ou sinon, juste chuis en weekend hein !

– Enfin, quand tout le monde compte sur toi en vacances pour faire le guide. Admettons, ça m’entretient ! Mais je précise tout de même que ma capacité à baragouiner en anglais ne me donne pas pour autant le sens de l’orientation ! Madrid semaine prochaine j’vous ai dit ou pas ??

 

pp-chacha2En vrai j’adore mon métier hein…
Et j’adore les gens aussi ! Ça se voit ou pas ? 🙂

Bisous d’amour,
Chacha

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

17 Réponses pour Tu sais que tu es traducteur quand…

  1. Lucile dit :

    Amen, sista !

    Sinon, ce week-end, on m’a sorti (ok, je l’ai encore un peu en travers de la gorge…) : « Ah, mais tu traduis que vers le français ?? Mais c’est trop faciiiiile ! Pfff ».

    Euh, je te tarte vers l’allemand ou vers le français, là ?

  2. Paula dit :

    Temple Bar ? Seriously ?

  3. 😀
    Je te rassure ou pas, ça marche dans toutes les professions.
    Il y a toujours un con pour balancer : “Toi, qui bosses là dedans, tu pourrais pas me faire ça, vite fait ?”

    • En Mode Gonzesse dit :

      Ah bah ça j’me doute ! J’ai même failli conclure comme ça pour que tout le monde puisse se sentir concerné 🙂
      Merci !!

  4. Et mais moi aussi je suis traductrice (Chef de projet^^) ! Enfin plus depuis 6 mois, mais j’ai entendu ça au quotidient pendant 8 longues années, et je l’entends encore ! Très très drôle en tout cas ça m’a bien fait rire, c’est tellement vrai, et ne faisant plus partie du métier, il ne me reste plus qu’à te souhaiter bon courage 😉
    Cécile

    • En Mode Gonzesse dit :

      Bah merci à toi !!!! T’as arrêté t’en pouvais plus ??

      • Bah en fait le métier de traducteur étant en voie de disparition, la boîte où j’étais a coulé, du coup je fais autre chose maintenant, même si ça me manque un peu tout ça, ça me permet de voir autre chose, une petite renaissance quoi 🙂 Et puis le point positif c’est que je n’aurais jamais eu le temps de créer le blog avec Chloé si j’y étais restée, il faut toujours voir des points positifs partout !

  5. Magalie dit :

    Mouahaha j’ai bien ri, je valide tout. En ce moment, ce qui m’exaspère le plus : « quoiiii comment ça tu traduis par VERS l’anglais, mais c’est pareil ! » et les PM qui captent pas un mot de français mais qui corrigent des fautes imaginaires sans m’informer, puis me renvoient les fichiers avec les remarques finales des clients sur leurs corrections…

  6. + une traductrice ! 😀

    Le pire, c’est recevoir un projet simple. Mais qu’en fait, il fallait suivre une termino bien précise et que tu ne reçois qu’APRÈS avoir tout rendu, évidemment…
    Et les agences qui te proposent un “job de rêve” : 25 000 mots à faire en 1 semaine au tiers de ton tarif. Ouais mais nan…

  7. Claire dit :

    Je valide tout. J’ai un collègue d’un autre service qui écrit comme un cochon, mais dont la mère est anglophone, qui est venu nous voir un jour en mode “vous avez beson d’aide les filles, j’ai pas de boulot là” euh ouais mais nan…

  8. Olga dit :

    Ah mais comme je connais ça ^^ Enfin, pas en tant que professionnelle, mais polyglotte qui a failli l’être 🙂 Heureusement (ou pas) pour ma santé mentale, j’ai dévié de voie et aujourd’hui je dois faire face à un tout autre style de cliente casse-c*uille, le genre de mal-b*isée pour qui “le vert sapin est trop sapin”, pour qui 3125 cartons dont la longueur excède le maximum autorisé de 5 mm doivent “impérativement être remplacés” et pour qui une livraison le lundi au lieu du vendredi est un “drame”. Le genre d’acheteuse qui dit “il faut qu’on fasse une CONF’ CALL ASAP (pouaaaaahh)” ou qui t’écrit “Merci de précisé quand vous prendrai rendez-vous” o_O …

  9. Trop drôle ton article Chacha ! Les mois passent et je vous lis toujours le sourire aux lèvres, Amandine comme toi 🙂
    Mais de toutes façons, n’importe qui peut être traducteur, non ? Si t’as fait des études, c’était juste pour els réducs avec la carte étudiante et les soirées. Et aller draguer à Temple Bar en Erasmus. Non ?!
    Bisous <3

  10. Elinka dit :

    Si ça peut t’aider à relativiser, dis-toi que moi quand les copines m’appellent au secours, c’est de préférence à 4h du mat, pour me causer mycose, tampon coincé, oubli de pilule, bouchon muqueux, hémorroïdes et j’en passe et des meilleures…
    Quel est le con qui a dit “le plus beau métier du monde” au juste ?? Qu’on s’explique 5mn.
    (mais en vrai moi aussi, j’aime bien mon boulot et mes boulbouls de copines)
    Bien le bisou <3

Répondre à Olga Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*