Zone de confort_une

Sortir de sa zone de confort

Publié le 23 novembre 2015 | Humeurs

Salut les chatons !

Aujourd’hui, on s’la joue psychologie de comptoir.

Tout est parti d’une conversation avec Paulette, autour d’un énième café du samedi. Ces mêmes cafés qui vont rapidement devenir des énièmes binouz du lundi/mardi/mercredi… PARCE QU’ON VA ÊTRE VOISINES. Tu le sais ou pas encore que je déménage ?

Tu m’diras : tout part toujours d’une conversation avec Paulette. Bon, et éventuellement et ma difficulté continuelle à me contenter de mon bonheur actuel. Grosse nouvelle : j’ai dû mal à tenir en place, j’vais toujours avoir envie de plus. C’est un peu dangereux si on ne contrôle pas le truc… mais c’est chouette aussi, de ne jamais rester sur ses acquis, et de sortir régulièrement de sa zone de confort.

J’aime assez l’idée, surtout en ce moment tu m’diras : tenter de nouveaux trucs, essayer de ne plus craindre l’inconnu. Pas simple hein, pour quelqu’un qui a sensiblement peur de tout.
Aujourd’hui, faisons ensemble le tour de toutes ces choses qui ne font pas partie de mes habitudes, qui sont très très loin d’être dans mes cordes à la base… mais que je me bouscule à entreprendre pour avancer, grandir, apprendreEt parfois me foirer. #lavielavraie

zone de confort

1/ Au boulot

A la base : Je suis traductrice. Mon boulot, c’est donc de travailler sur mes textes, le contexte, les différentes formulations, la terminologie spécifique à tel ou tel client… Tout ça derrière mon PC. A longueur de journée. Ahhhh qu’on y est bien derrière son PC. LA SÉ-CU-RI-TÉ. On râle tant qu’on veut sur les clients qui comprennent rien à rien, puis on leur répond gentiment par mail après avoir reformulé 45 fois son truc pour pas paraître trop abrupte 10 000 MOTS EN 24H MAIS T’ES CON OU QUOI ??? Éventuellement, on doit en écouter brailler un ou deux par téléphone de temps en temps. Mais ça s’arrête là, aux limites de mon bureau siiii cosy dans lequel j’me sens siiii bien.

Oui mais voilà : Je bosse dans une petite boîte. Ce qui me donne l’avantage de toucher à tout. Ou en tout cas, d’essayer d’apprendre d’autres trucs parce que sait-on jamais ce que l’avenir nous réserve. Alors depuis peu, me v’là responsable commerciale. Boom. On m’envoie en rendez-vous clientèle, on m’envoie serrer des pinces, présenter la boîte, parler de mon job, et négocier des contrats. On m’envoie aussi au charbon quand un client n’est pas content et qu’il est important dans ce cas de le rencontrer en FACE-TO-FACE. Et sans chialer s’il vous plaît, on est grande maintenant !
Remember, j’vous parlais de l’une de mes premières victoires ici. C’est pas simple pour quelqu’un habituée à rester dans l’ombre, vous vous en doutez. J’sais pas si j’serai traductrice toute ma vie, mais en tout cas, ce sont des expériences qui m’aideront plus tard dans n’importe quel domaine. Et même dans ma vie dite « privée », ça vous forge une femme tout ça !

 

2/En public

A la base : Vous me croirez si vous voudrez, mais moi, m’exprimer en public, j’passe régulièrement mon tour… Admettons que ma timidité ne soit pas toujours hyper flagrante sur YouTube, disons que je ne manque pas de réserve pour vous raconter des conneries, et même pour me confier à vous bizarrement. Mais vous êtes pas dans mon salon les gars. Même Louloup est tenu de déguerpir quand j’fais mes sketchs, sinon j’arrive pas. Parler devant des gens, ne pas bégayer, ne pas rougir de tout mon corps… Faut un bac + combien pour ça ?

Oui mais voilà : Ma meilleure pote se marie. Déjà 1/ Coucou. Et 2/ cette cinglée femme a décidé de faire une cérémonie laïque. Sur le papier très bien : moi je nous imagine déjà dehors (en plein mois d’mars), chanter du gospel (laïque on a dit), devant un portail tout blanc et des fleurs un peu partout (meuf qui a trop maté de films romantiques). Le hic, c’est que j’vais devoir faire un discours. A savoir que la dernière fois, c’était au mariage de ma sœur et que j’arrivais pas à parler tellement je chialais de bonheur. Étonnant hein. Ça, c’est vraiment ma zone de confort pour le coup. Maintenant, l’idée pour me dépasser cette fois-ci, serait de réussir à me tenir le jour J, à lui faire honneur. Et un peu bonne impression. Des petites larmes aux coins des yeux, bien sûr, on sera tous ultra émus, mais la voix qui part en couilles devant tous ces inconnus, des reniflements entre chaque phrase à en faire gerber toute l’assistance, ma grosse morve sur la robe de la mariée, j’aimerais vraiment essayer de dépasser ça… Qui croit en moi ?

 LARMESCLASSE / PAS CLASSE

 

3/ En voiture

A la base : J’adore conduire, mais j’ai absolument aucun sens de l’orientation. On s’en était parlé y’a perpette dans cet article, et bah ça n’a pas changé. Les années n’y font rien, l’achat d’un GPS non plus. GPS qu’on a d’ailleurs depuis abandonné pour utiliser Waze (euh si vous connaissez pas cette appli, c’est la vie les gars).

Oui mais voilà : Parfois, t’as plus de batterie sur ton téléphone. Et dieu sait que Waze, ça t’en bouffe. Alors ça te ramène bien souvent à ta condition de meuf perdue. Mais chialer sur ta vie n’est pas la solution. Alors il a fallu se sortir les doigts ! Évidemment je n’envisage toujours pas de trajet inconnu seule et sans GPS, mais j’essaie de tenter de nouveaux trucs (par exemple des routes que j’ai déjà faites à pieds - vous imaginez pas la concentration qu’il me faut pour me rappeler des carrefours en voiture), j’essaie de reprendre des trajets qu’on a déjà faits quelques fois et de me souvenir des explications de Louloup, j’essaie de me trouver des penses-bêtes sur la route, des trucs qui me rappellent qu’effectivement on est déjà passés devant cette pharmacie le jour où on avait besoin de supo ON DIRA PAS POUR QUI, et qu’il faut juste prendre à gauche en sortant. Pas simple non plus, mais petit à petit…

 

4/ Chez Asterix

A la base : A savoir que déjà, de jour, je flippe. Le vide, j’aime pas. Et là où certains réussissent à surpasser leurs peurs grâce à l’adrénaline, moi ça le fait pas. J’ai pas de plaisir à faire des loopings. Quand ma sœur a évoqué la possibilité de passer la soirée d’Halloween au Parc Astérix, j’ai tourné de l’œil. On aura donc lesdits loopings, mais on aura aussi la JOIE IMMENSE de faire tout ça dans le noir. Avec des monstres dans les rues du parc qui viennent t’attaquer sans raison. Ah si, pour te faire peur… Très bien. Grossièrement, ça dépasse tout ce que je suis normalement capable d’encaisser.

Oui mais voilà : Je sais pas, je crois qu’avec ces gens-là (ndlr : ma sœur et nos amoureux), je suis prête à beaucoup de choses. J’me laisse embarquer en fait, en m’disant qu’après-tout si j’dois en finir avec la vie, ce sera avec les gens que j’aime. Coucou l’optimisme !!! Et finalement, j’ai même pas honte de vous dire que ma sœur a été pire que moi, à refuser de faire certaines attractions. Et ça, pour moi, c’est souvent une grande victoire, de pas être la pire du groupe, pas la dernière, pas le boulet qu’on se traine – pour une fois. Alors voilà, j’ai hurlé dans les loopings, j’ai fait pipi dans ma culotte quand j’ai croisé le mec à la tronçonneuse, mon cœur s’est arrêté plusieurs fois dans la maison hantée. Mais je suis toujours là, parmi vous. Et est-ce que c’est pas cool ça ?

 Peur sur le parc

5/Au sport

A la base : Bon bah on va pas s’mentir, le sport et moi on a jamais été friends. Souvenez-vous, j’enchainais pas 10m en courant il y a pas si longtemps (et ce sont bien des m, pas des minutes).

Oui mais voilà : Il a fallu se bouger le lard, question de santé. De vie ou de mort dirons certaines connasses médecins. Pas simple du tout au début quand tu dois te trimballer tes 115 kilos. Puis les progrès arrivent, les résultats sont flagrants, la passion se développe et les endorphines te lâchent plus. Et pourtant, encore aujourd’hui, si je m’écoute évidemment que je reste dans mon canapé. Elle se situe bien là ma zone de confort, entre 2 bons gros coussins. Mais en sortir régulièrement me détend au plus au point. Alors j’me force, quelques minutes. Puis je kiffe.

 

PP-chachaAlors chaton, tu sors souvent, toi, de ta zone de confort ?
Qu’est-ce que tu pourrais bien faire (ou ne fais déjà d’ailleurs) pour bousculer tes habitudes et tenter de nouvelles choses ?

Bisous d’amour !
Chacha

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

4 Réponses pour Sortir de sa zone de confort

  1. Paula dit :

    Fière de toi ma loute !!! <3

  2. Mély dit :

    Bravo pour tes sorties de zones de confort!!!!!

    Pour ma part, ce serait réussir à dire ou même entendre des choses qui me tiennent à cœur sans pleurer! Et jusqu’à présent ce n’est toujours pas fait…

    Gros bisous Chacha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>