Faire son deuil, ce combat de toute une vie

Publié le 7 février 2014 | Humeurs

Salut les enfants,

L’article le plus folklo de l’année, c’est aujourd’hui 🙂 #ouééééé #grosseambiance

Loin de moi  l’idée de foutre la gueule dans le sac à tout l’monde, disons juste que j’ai appris 2-3 trucs en grandissant murissant. Et qu’il arrive parfois que mon entourage me demande comment j’ai fait pour sortir la tête de l’eau. Alors PAF ça a fait tilt dans ma tête : pourquoi pas partager ça aujourd’hui avec vous, essayer de mettre des mots sur ce que j’ai ressenti pas à pas, c’est ma thérapie aussi laissez-moi !!

Je me dis aussi que malheureusement, cette question parle de près ou de loin à tout le monde, qu’on ait perdu la cousine de son arrière grande tante ou sa petite sœur. Évidemment, chacun vit le truc comme il l’entend et s’en relève à la vitesse où il le pourra. Rien ne sert de courir il faut partir à point. Un jour, j’ai été prête à avancer.

 

1/ Accepter de morfler

Je me suis longtemps dit « j’ai pas le droit de lâcher, sinon tout le monde croule autour de moi ». Meuf qui se prend pour le noyau de la terre t’sais !
Disons que pour ma sœur et pour Maman, j’ai serré les dents. Jusqu’à ce que ça déborde par tous les côtés (t’as l’image c’est bon ?)
Alors tant pis, on chiale, seul dans son coin ou devant tout l’monde, au choice, on hurle s’il le faut, on dit quand ça va pas, on se plaint à gogo, on écrit si on a besoin, on relâche tout c’qu’on a.
Mais on partage sa peine, on garde pas ça enfoui parce que ça finit toujours par refaire surface un jour, même des années après, on est jamais tranquille.

 

2/ Être bien entourée

Une famille et des potes qui savent t’écouter, parfois te comprendre (ou qui essaient de le faire, c’est chou), c’est cool, mais pas toujours suffisant. Le déclic chez moi, ce sont ces personnes qui ont su me secouer et arrêter de me brosser dans le sens du poil (quel poil les gars, c’est pas une raison pour se laisser aller) à base de « c’est super dur pour elle, faut la comprendre ».
Un jour j’ai reçu sur le coin de la gueule quelque chose qui ressemblait à ça : « Ecoute, y’en a marre de t’entendre ressasser les mêmes choses, t’es triste okay c’est bon je crois qu’on a tous enregistré, maintenant t’as l’intention de rester toute ta vie dans cet état ? BOUGE TON LARD. » Grosso merdo.
1ère réaction : Bah c’est bien, laissez-moi mourir tfaçon vous comprenez rien. #coucou
2ème réaction, quelques longues semaines après : ok z’avez ptet un chouilla raison.
Une intervention on appelle ça je crois ? Merci les gars 🙂

 INTERVENTION

3/ Se faire aider

Parce que parfois les copains ça suffit pas, et qu’un avis extérieur et objectif est bon à prendre.
Je pense pas que ce soit une honte d’aller voir un psy, ni que ça signifie qu’on est fou à lier. J’affirme d’ailleurs que tout le monde ferait bien de passer faire un bisou au cabinet un jour ou l’autre, pour tout plein de raisons différentes 🙂 (message passé)
On tombe pas toujours sur le bon du premier coup, il faut trouver la personne qui nous comprend et qui saura nous agresser de la bonne manière. Parce que moi j’avais pas besoin d’entendre les mêmes choses que le rendez-vous de 15h30.
Financièrement, je pouvais pas non plus me permettre une séance à 45 boules toutes les semaines. Pensez aux Centres Medico Psychologiques (chez moi c’était gratuit), ou à voir ça avec votre Mutuelle.
Bref, ces gens-là vous posent les bonnes questions et vous font réfléchir sur des trucs qui vous paraissent un peu cons sur le moment, qui mettent quelques semaines à faire le tour de votre cerveau, mais qui finissent par rester dans un coin de votre tête et vous font relativiser sur beaucoup de choses.

 

4/ Le rendre fier

Alors bien sûr tout ça c’est sur le papier. Personne n’a jamais dit que c’était facile.
On en chiera toujours, par période je crois. Quelques dates clés qui te ramèneront toujours en face to face avec la réalité. Mais j’arrive désormais à vivre ces périodes avec plus de sérénité. La maturité non ?
Je pense à lui, tous les jours évidemment (ouvrez les vannes), mais tout c’qui compte c’est qu’il soit content de ce qu’il voit (ou pas, l’avait déjà du mal à m’apercevoir quand j’étais à 2m, famille de bigleux), d’imaginer qu’il nous surveille du coin de l’œil et de tenter de faire les choses bien. Des choses qui nous ressemblent et qui ressemblent à l’éducation qu’on a reçue, parce que fatalement, y’a toujours un bout de ces personnes-là en nous. Des choses dont il serait fier (entre nous, jcrois que ce blog le ferait bien bien marrer, p’tet moins la partie sur le célibat mais j’y arriverai papa, promis j’en choperai un nice 🙂 )

papa

Voilà, c’était un article théorique (l’article le plus hardcore que j’ai eu l’idée d’écrire, restons-en aux rouges à lèvres sérieux), qui empiète grave sur ma vie, ma perception à moi. Je crois que j’ai du mal à faire les choses sans tout ramener à ma gueule à moitié. Évidemment, vous ajustez ça à votre vie à vous, votre aptitude à prendre du recul, votre façon de ressentir les trucs (j’imagine que tout l’monde n’a pas forcément ma facilité à déverser des larmes par tonneaux de 50 litres).

Si cet article aura pu filer un coup de main à une seule personne au monde, j’serai la plus heureuse ! (même si j’le suis déjà fortement je le répète !) Ou juste vous montrer qu’on en chie tous de toute façon, à notre manière, et que l’herbe n’est plus verte chez le voisin qu’à partir du moment où on a décidé de rendre les armes. C’est pas demain la veille, donnons-nous les moyens d’avancer et de devenir les personnes qu’on a vraiment envie d’être, pour nous et pour tous ceux qui sont partis.

 

pp-chacha2Bordel, mais faîtes-moi taire !
Bisous d’amour de moi, plein de tendresse.
Chacha

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

16 Réponses pour Faire son deuil, ce combat de toute une vie

  1. Paula dit :

    Long long chemin, c’est certain !
    En tout cas, tu dois le savoir : tu as largement de quoi le rendre fier !

  2. Sarah dit :

    Merci Chacha pour ce magnifique article !! Je partage totalement ta façon de voir les choses de la vie (ooh c’est beau), moi j’ai commencé une thérapie suite au décès de mon grand-père et l’annonce de la maladie de ma mamie, et j’le dit souvent mais c’est la meilleure décision que j’ai pu prendre dans ma vie ! =) Savoir se remettre en questions et gérer ses émotions c’ est pas évident (j’crois que beaucoup de monde est dans ce cas là) donc moi j’dis bravo Chacha !!! =) Bisous bisous
    Sarah’folle’

    • En Mode Gonzesse dit :

      Aoutch, beaucoup d’un coup là ! Bravo à toi, parce que peu de gens ont le courage de se remettre en question comme tu dis !
      On cartonne tout ! Bisous

  3. Monaquichialeap dit :

    TMTC.
    Pas la peine que jte dise que ton article est touchant et parle à tout le monde, surtout à moi.
    Que je me dis souvent quand je pète un cable « j’ai pas le droit de flancher, elle me regarde, faut qu’elle reste fière de moi ».
    On se bat pour des gens partis mais qui croyaient en nous, c’est le plus important.
    Les rendre fiers.
    Et être bien entourée aussi.
    Et tout plein d’amour.
    Je dis tout ce qui me passe par la tête j’espère que tu me understandras.
    <3

    Du love et des colombes (comme sur mon yep, sa marque de fabrique)

    • En Mode Gonzesse dit :

      bordel j’ai même pas chialé en écrivant cet article, viens pas trop me titiller non plus !!!!
      Bien sûr que t’as le droit de flancher un bon coup, c’est même nécessaire de se voir au plus bas pour remonter le délire. Elle n’en sera que plus fière, et moi aussi !
      Je understand tout, notamment tes yeps.
      Bien à toi, câlins du cœur <3

  4. Moe dit :

    J’ai encore la chance de ne pas avoir connu cette situation de près (on croise les doigts !), tu es une battante et ça fait plaisir de voir que tu arrives à remonter la pente. ♥

  5. Leila dit :

    Bel article. Je pense qu’il peut même servir encore plus que ça, vu que faire le deuil ce n’est pas forcément toujours lié à la mort. La perte d’une relation qui se termine c’est aussi faire le deuil, et après avoir vécu les deux (heureusement pas en même temps, manquerait plus que ça), je peux dire que le processus de guérison est assez similaire.

    Bravo pour ton chemin !

    • En Mode Gonzesse dit :

      J’avais pas vu ça sous cet angle mais t’as surement raison 🙂 (meuf qui a rien vécu bonjouuuuuuur)
      T’es costaud Leilou, t’y arriveras ! Vive toi <3

  6. un tres bel article, j’y retrouve des verités vecues, comme le coup de pied au fesses … voir devant, pas derrieure, avancer ne plus faire du sur place …. tellement vrai !

    • En Mode Gonzesse dit :

      je sais pas si on peut être contente que ça te parle aussi bien, mais du moins que ça te touche, c’est cool ! On est costaud ! Bisous

  7. DOMINIQUE dit :

    « Tu m’as fais braire »……….
    C’est sur qu’il est heureux de ton devenir « de là où il peut être »
    La vie nous réserve plein de surprises agréables ou désagréables, à nous de savoir gérer mais jamais, nous ne devons nous laisser aller …..
    Toujours aller de l’avant, c’est le principe de la vie.
    VIVE LA VIE
    VIVE NOUS

  8. LocaStyle dit :

    Pfouaaaaaah, je pense exactement la même chose que toi, à un tout petit détail près. C’est fou ! 😮
    Merci, tu peux pas savoir à quel point c’est coolissime (oui, cool puissance infinie quoi) de voir EN-FIN quelqu’un qui accepte d’être heureuse après un décès. J’ai perdu mon papa il y a 5 ans, j’en avais donc 12 et tout le monde vient encore pleurer sur mon sort .. mais bordel, lâchez moi je suis heureuse ! Enfin, depuis que je l’accepte. Accepter de morfler, c’est exactement ça, ce qui a été le plus dur pour moi, surtout devant les autres en fait. Tes « étapes » sont parfaitement définies, l’entourage, le/la psy (ou l’avis neutre, mais c’est le psy c’est le mieux à mes yeux), et enfin le rendre fier, et c’est la raison pour laquelle je sors de mon lit tous les jours.
    Bref, j’ai déja bien trop parlé sur ce commentaire ^^ Encore merci, ton article est vraiment génial.
    Bonne fin de week-end, bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*