[Première fois] L’achat immobilier

Publié le 17 octobre 2019 | Humeurs, Les Gonzesses en question

Salut chaton,

Petit retour en arrière aujourd’hui, tout juste un an plus tôt.
Automne 2018, Louloup & Bibi décidions de nous lancer dans cette folle aventure de l’achat immobilier. Armés de pas grand chose, voire rien du tout, si ce n’est le LOVE. Comment ça le notaire s’en carre l’oignon ?

Comme pour chaque article de la catégorie « Première Fois », revenons ensemble avec un poil de recul sur toutes ces choses qui nous ont surpris, étape après étape.


 

Les visites

J’ai pas besoin de m’étendre sur le sujet, tu te doutes bien que j’ai pris en main le sketch en bonne et due forme. A base d’alertes avec mots clefs sur toutes les plate-formes, et de fichier excel en drive pour conserver une trace de toutes les annonces intéressantes, noter les pour et les contre. Bien sûr que si, tout le monde fait ça !! Laissez-moi.

On m’avait dit te pose pas trop d’questions, il faut visiter. Même si l’annonce vend pas du rêve a priori, même si tous les critères ne sont pas remplis. Il faut des éléments de comparaison, et « tu n’achèteras pas avant d’avoir vu une bonne dizaine de baraques ». Spoiler : c’est faux.

Mais on a quand même fait le job, et autant te dire que dans notre budget, les biens immobiliers sont… comment dire… éclectiques ? On aura tout vu : du ultra neuf tout refait nickel chrome, comme des trucs dans leurs jus depuis 70 ans. Et cette grand-mère qui m’aura tellement touchée que j’ai franchement envisagé sa baraque (en ruine, jte jure) tellement je voulais pas la laisser en galère. Merci à mes émotions de me laisser tranquille, c’est sérieux là !!

Et tout le monde vous le dira – tout le monde me l’a dit d’ailleurs et j’avais envie de leur répondre d’arrêter leur sketch – mais c’est bien vrai : le coup de coeucoeur arrive, et c’est assez évident.

 

Le courtier

Je vais pas tergiverser et vous lister nos conseils en 4 par 4, franchement tout dépend de la situation de chacun.

Tu le sais que les prix et moi, c’est GOGOGOOO. J’adore comparer, faire mes petits tableaux, y’aller au feeling aussi… alors racoler toutes les banques de la région ne me faisait pas peur.
Mais je connais aussi mes limites. Déjà, j’ai pas des masses de temps libre (#euphémisme), et je suis surtout très mauvaise en négociation. C’est à dire que tu me donnes ton prix, je te réponds « Ah ok, merci c’est gentil ». Même à celui qui m’annonce un taux 15 fois plus haut que le précédent, en m’assurant qu’il a fait le max du max de son côté. A un moment, il a fallu savoir déléguer. C’est un peu mes débuts avec le lâcher prise tiens 🙂

Sur les bons conseils de quelques copains, on a fait appel à un courtier. Il s’est chargé de contacter les banques à notre place, de négocier les taux et de checker toutes les petites lignes à notre place. Rassurant, et très efficace dans notre cas.

 

Le notaire

Qu’on se le dise, le notaire qui s’occupera de tout le sketch est choisi par le propriétaire. Tu peux aussi te faire représenter de ton côté si tu connais un notaire de confiance, ce n’était pas notre cas.

Nous avons acheté la maison à l’un des plus gros patrons amiénois : le gars brasse des fortunes et possède environ 6976817358 baraques à son name (ndlr : ceci est à peine exagéré). Forcément, il a choisi son notaire en conséquence, on était pas chez le premier venu.

Premier rendez-vous à l’office, je me souviens m’être demandé ce qu’on foutait là. Louloup est toujours « sapé » au boulot, et en plus comme il est trotrobô c’est pratique. Laissez-moi bis. Mais moi, en jean converses (jsavais pas, quoi !)… j’en menais pas large. Autour de nous dans la salle d’attente, une réunion de papys fortunés qui discutent de la santé de leurs entreprises multinationales et du nouveau job de fou chopé par leur dernier petit fils. Rien que les chaises de la salle d’attente sérieux, elles valaient plus chères que la baraque qu’on s’apprêtait à signer.

Malgré tout ce sketch, le contact avec le notaire était très bon. Nous avons passé beaucoup de temps avec lui, notamment à attendre le propriétaire qui n’est jamais venu à aucun rendez-vous, et qui se sera fait représenter à distance pour la signature… ahem. Pas l’time. On a reçu de bons conseils, concernant la maison mais aussi notre situation personnelle, le pacs, le testament etc. Chouette !

 

Le commercial

Le côté moins chouette, c’est l’agent commercial qui représente le notaire et te fait les visites. Déjà de base, on aurait préféré éviter les frais d’agence… et autant te dire que eux, ils se sont bien rincés.

La première visite était plutôt bonne ambiance. A base de conseils pour qu’on se projette « Moi j’aime pas le sol, si j’étais vous je le changerai cash », puis le fameux « Oulalaaah faîtes vite, j’ai un autre couple qui veut faire une contre-visite demain » en me montrant ledit texto pour qu’on se décide cash. Good job, il a réussi.
Je pense à ce jour que c’était faux, la maison d’à côté est tout à fait similaire et toujours pas vendue à ce jour… pas sûre que ça se bouscule autant au portillon.

De manière générale, on a beau sourire jusqu’aux oreilles et vous dire que ce bien est fait pour vous, que vous serez les meilleures propriétaires de la terre… les coups bas c’est partout. Chez nous, ils avaient perdu la moitié des clefs de la maison (tmtc trop de baraques à gérer, on peut pas comprendre…), et la chaudière neuve s’est avérée bien encrassée. Rien de dramatique en tout cas, j’imagine que vous avez aussi votre lot d’histoires sordides sur le sujet ?


Retrouve ici tous les articles « Première Fois » :
le premier run
le stade de foot
la nuit à l’aéroport
le premier pet (mon dieu)
la salle de sport

la moto
vendre sur le bon coin
un bébé à la maison
un barbecue dans mon jardin


 

Alors dis-moi chaton, ça te parle tout ça ? Des anecdotes similaires à me raconter ?

Love,
Chacha

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*