Une journée sans internet

Publié le 30 juin 2016 | Humeurs

Bonjour Chaton !

Tu le sais – surtout depuis qu’on l’a dit dans le TAG qui est la plus ? – je suis une nana ultra connectée.
Je passe mes journées devant mes écrans, je check la moindre notification, et même quand je ne suis pas chez moi, mon ordi tourne.

Récemment j’en ai eu marre. Tout arrive… Et je me suis lancée le défi de tenir une journée sans la moindre connexion.
Ouais, rigole, mais en bonne droguée ça n’a pas été si simple ! Surtout qu’avec mon mini cerveau j’ai passé la moitié de la journée en mode avion (parce que ça allait plus vite à activer que de virer le wifi et la connexion des données). J’ai tilté bien après que ça me coupait aussi les appels et messages. Et bon, me couper du monde, c’était pas non plus l’idée. 1191717348

Comme dans chaque expérience, y’a du bon et du mauvais à en tirer. Voici mon bilan :

 

Le négatif

– Du stress pour moi. Et si y’a une urgence ? Et si quelqu’un a besoin de mon aide et ne me contacte que sur messenger ?
Piiiire : et si on publie une photo moche de moi sur facebook ? 😉 (en vrai, même pas peur, j’ai activé l’option validation de photo avant que ça n’apparaisse sur mon mur. #Lifesaver.)

– Du stress pour les autres. à force de me voir connectée H24, ça en a inquiété certains. Que m’était-il arrivé ?

– Le compte en banque en a pris un coup. Bah oui, je ne pouvais pas non plus bosser (je suis Community Manager) il a bien fallu que je m’occupe ! Alors j’ai fait du shopping. Du vrai. Dans des vrais magasins où tu peux toucher les vêtements. Ok, j’en rajoute, parce que je fais peu d’achats en ligne. 

– Je n’ai pas retrouvé un truc que je cherchais.  Tu vois de quoi je parle :  le genre de truc que tu sais, mais qui veut pas sortir. Mais tu le sais ! Bien sur que tu le sais ! Et ça revient pas, ça rend diiiiiingue. Moi en tous cas, ça me rend dingue. à ne pas en dormir tant que je ne retrouve pas. Et mon ami Google n’a pas pu m’aider.

– 45 000 mails et notifications à traiter le lendemain…

– De l’ennui. Alors laisse moi t’expliquer ce dernier point, car c’est pour moi le plus important. Je ne parle pas de l’ennui sur la journée, parce que je n’ai eu aucun mal à la remplir (heureusement, ça aurait été flippant sinon) entre le shopping, le ménage, le verre avec les copains et autres… Non, je te parle de ces petits moments entre deux activités. Ces 5 petites minutes à tuer. Je ne sais plus ne rien faire. 
Pire, ça m’a angoissée quand j’ai du attendre quelques minutes l’ami que je retrouvais. Dehors. Devant les gens. Bon, ça c’est une psychose personnelle, de ne pas supporter être seule en extérieur. Mais dans ces cas là, je me plonge dans mon téléphone. Là, je ne pouvais rien faire. Et je ne fume même pas (ce que j’ai regretté à ce moment là. #tarée)

 

La preuve en image (à 4h près, Chacha partait faire dodo ^^)

La preuve en image (à 4h près, Chacha partait faire dodo ^^)

 

Le positif

– Du silence… Pas de notifications toutes les 2 minutes. Pas de poche qui vibre. Pas de discussions coupées.  J’avoue que ça fait un bien fou.

– 75% de batterie à la fin de la journée ! Du jamais vu ! Enfin, pas depuis mon 3310. 

– De l’organisation. Bon, dans le boulot, heureusement, je suis plutôt organisée. Contrairement à tout le reste de ma vie. Mais en m’apprêtant à passer 24h loin de mon ordi, j’ai du m’organiser plus encore. Surtout que j’ai décidé ça du jour au lendemain.

– Mes repas ont évolué. En temps normal, je ne m’embarrasse pas des temps de repas. Un truc cuit vite fait, et avalé devant une vidéo Youtube ou une conversation facebook / skype. Les pauses, je ne connais pas. Cette fois ça a été différent. J’ai pris le temps de cuisiner un peu plus, et de savourer ce que je mangeais.

– Tiens, ne pas avoir les yeux archi rouges et qui piquent en fin de journée, c’est donc possible. Intéressant. (Mets tes lunettes aussi...)

– Tu le sais, j’ai zéro sens de l’orientation. Et bah même sans utiliser Waze, je ne me suis pas perdue !!! Bon, ok, c’est parce que je suis de ceux qui ont encore un GPS TomTom

– J’ai fait des choses que je ne faisais plus beaucoup. Regarder les infos à la télé, lire un livre, téléphoner à une amie pour prendre des nouvelles plutôt que de lui écrire sur messenger. La vraie vie quoi.

 

Et après ?

Je dois bien avouer que ça a eu des répercussions sur moi. Je n’ai évidemment pas tout changé du jour au lendemain. Mais j’ai ralenti. Et j’essaye de le faire un peu plus chaque jour.
Ne pas laisser tourner le PC en dehors de mes heures de travail, parce que ça encourage à aller voir « juste un truc ». Ne pas sauter sur le téléphone à la moindre notification. Le laisser de coté quelques heures, tant que possible. Utopie ?

Pour conclure, je t’invite à regarder deux vidéos :
– les 24h sans internet du collectif humoristique WonderFools. Ils l’ont plus mal vécu que moi ^^
– Un témoignage sur nos dépendances et leurs répercussions sur notre vie sociale : Look Up.

 

11215759_844736738894835_7278271421569055087_nEt toi chaton, t’en es où de ta dépendance à internet ?
ça te parait faisable 24h sans connexion ? Tu le vivrais comment ?

Tu joues le jeu, et tu me racontes ?

Bises,
Amandine. Future ex geek.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

6 Réponses pour Une journée sans internet

  1. MonoCroc dit :

    Je tombe sur ton (votre ; z’êtes deux en fait si j’ai un peu suivi avec ce cerveau difficilement opérationnel avant 11h ?) blog & je dois dire que le titre du billet m’a interpellée & qu’après avoir cliqué, j’ai trouvé le blog vraiment très esthétique, très joli, très girly (sans cliché aucun bien entendu !)
    Bref. Du coup je suis m’incruste un p’tit instant 😉
    Il m’est vraiment très facile de me déconnecter; je ne saurai l’expliquer. Il y a encore trois ans, j’oubliais mon téléphone dans la cuisine quand je rejoignais le salon & c’était une catastrophe (oui, oui !)
    Mais mon homme n’est tellement pas fan de nouvelles technologies, qu’il vit dans le monde réel à temps plein. Il ne sait d’ailleurs pas rester allongé une journée entière devant une série… Il ne m’envoie qu’un sms par jour. Pour de vrai. Il m’a appris à sortir à deux heures du matin juste pour se balader, ressentir le pavé. Il m’a appris à lâcher mon téléphone, mon ordinateur.

    Ceci dit, rester seule dehors à ne rien faire en attendant un(e) ami(e), internet ou pas, je ne sais pas faire non plus. Du coup, hier, quand j’attendais ma copine pour aller boire un verre, j’ai fumé deux clopes. En dix minutes.
    Relativement pathétique ceci dit.

    • En Mode Gonzesse dit :

      Tu as bien suivi, on est effectivement deux 🙂
      Merci pour tes gentils mots, ça nous touche beaucoup ! tu t’incrustes quand tu veux !
      Il est top ton homme, c’est lui qui a raison. La vraie vie est ailleurs.
      Je ne vais rien te dire pour les clopes, si je fumais, je ferai pareil !

  2. ISABELLE dit :

    Hello,
    Ton article tombe à pic,je disais pas plus qu’hier en com’ Messenger avec mes copines que j’avais bien envie de tester la déconnexion totale des réseaux sociaux…une journée comme toi serait déjà un exploit!La moindre minute à tuer est « rentabilisée » en me connectant 🙁
    j’ai eu cette idée en suivant un compte instagram je crois que c’était « goodbye.comfortzone » qui s’était déconnecté 1 semaine! faut pas pousser quand meme une semaine ne me semble pas réalisable!
    Allez je vais tester…une fois déconnectée 😉

  3. Cockeo&co dit :

    Coucou Amandine, je suis en vacances actuellement et il y a certains jours où je laisse mon téléphone sur la table de nuit et c’est vrai que c’est un peu déstabilisant mais tellement reposant. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*