[Première Fois] Rendez-vous chez le podologue

Publié le 23 janvier 2020 | Les Gonzesses en question

Salut chaton !

Tu me crois ou tu me crois pas, mais c’est un vrai bonheur pour moi de vous parler de mes yeps.
J’vais pas t’mentir, chuis quand même un poil tendue en imaginant d’avance des prochains mots clefs Google qui vont vous amener par ici (bienvenue quand même !). Mais le chamboulement est tel en interne qu’un sketch par écrit s’imposait.

Or donc, j’ai passé la porte du podologue.
Aka le médecin des pieds, pour qu’il me sorte enfin de ce trou noir. Des années que j’évoque ce malaise, que dis-je, ce complexe… tout en restant les bras croisés. On est en 2020 ou pas, les gars ?

Le contexte

Histoire que tu cernes au mieux le sketch, revenons sur le pourquoi du comment.
D’aussi loin que j’me souvienne, j’ai toujours eu des galères de yeps. Entre 15 et 25 ans, j’ai porté des ballerines tous les étés, car trop complexée pour dégainer de la sandalette. Après j’ai muri (= j’ai décidé que c’était pas une vie de puer des pieds ^^) et j’ai masqué ce complexe à coups de vernis et de crème à gogo. C’est vrai que ça fait la blague.

Le problème c’est pas leur forme, ils sont tout à fait classiques mes yeps. Dieu que cet article est chelou…
Le problème c’est toute cette corne qui s’accumule sur les talons. Et TMTC si tu nous suis depuis longtemps : j’ai beau faire, ça revient toujours. J’ai bien la rage d’ailleurs, quand je pense aux pieds de bébé de Louloup qui n’ont jamais vu l’once d’une crème adaptée… paye ton injustice.

 

Le rendez-vous

Enfin ces derniers mois, j’ai quand même bien lâché la corde à ce sujet (d’autres chats à fouetter dirons-nous).
Alors forcément ça s’est dégradé, c’était le moment de me faire aider. Quitte à payer un professionnel, autant lui donner de la matière tu m’diras.

Cette femme, elle était pas prête à me voir débarquer dans son cabinet j’te l’say. 
De sketch en sketch, j’ai annoncé la couleur. Ma façon à moi de décompresser, après tout elle est médecin. Elle en voit toute la journée des pieds, et si on tente d’être un poil objectif par ici, je dois pas être la pire… loin de là. Or donc, elle a dégainé son bistouri (j’ai clapsé sur le name de l’outil et j’ai demandé à savoir exactement ce qu’elle s’apprêtait à faire… je fais sensiblement la même chose aux cours de préparation à l’accouchement, ça promet !) et c’était partyyyy.

Les solutions

Le drame a rapidement été réglé, y’a pas à dire c’est un métier. Revenons plutôt sur les conseils qu’elle m’a apportés pour limiter la casse à l’avenir :

– « Sorry mais dans votre cas, ça reviendra toujours » : Paye ton optimisme, j’étais ravie. C’est morphologique qu’elle dit, une histoire de plante de pied trop voutée et de poids (quel poids please ?) du corps sur le talon. J’ai beau en prendre soin autant qu’on veut, la corne sera toujours d’actualité.

– « On oublie les bains de pieds » : J’avais mon petit rituel moi, ma bassine pour attendrir et ma pierre ponce pour limer. Et bah on arrête tout, et on utilise une râpe sur pieds secs. Tu peux continuer les bains de pieds pour te détendre hein, mais pas pour limer. Comme quand on ponce un mur finalement, on travaille à sec. Ça nous viendrait pas à l’idée de l’imbiber d’eau avant. Côté râpe, un truc tout simple avec un manche fait l’affaire.

– « On évite de se laisser aller » : Mes histoires de crème le soir sur mon canap’s, c’était bien ce qu’il me fallait. De toute façon je l’ai vu cash, en rentrant de chez elle j’étais au toooooop… et ça aura duré à peine 24h avant que les sécheresses ne réapparaissent. Ça rend dingo, mais c’est comme ça.

– « On revoit ses paires de pompes » : Sans aller dans mon cas jusqu’à la semelle orthopédique, on choisit des trucs avec un talon renforcé. On évite les sandales hyper fines en été (#passionBirkenstock), et on choisit la bonne taille qui viendra englober tout l’arrière du pied. Et quand on reprend la course, on investit chez Hoka ou Brooks, bien plus adaptées pour l’amorti que mes Asics actuelles.


Retrouve ici tous les articles « Première Fois » :
le premier run
le stade de foot
la nuit à l’aéroport
le premier pet (mon dieu)
la salle de sport

la moto
vendre sur le bon coin
un bébé à la maison
un barbecue dans mon jardin

l’achat immobilier
l’hypnose


 

Vous savez tout les chats !
Je suis un peu déçue du verdict, je pensais démarrer une nouvelle vie après ce rendez-vous. Mais finalement je suis pas contre passer lui faire un bisou 2 fois par an, ça reste un moment pour soi plutôt agréable, et côté price on est réglo (j’ai payé 33 € la consultation).

 

Et toi chaton, t’as déjà été chez le podologue ?
Des galères de yeps à déclarer ?

Love,
Chacha

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

2 Réponses pour [Première Fois] Rendez-vous chez le podologue

  1. Yelle1519 dit :

    C’est le truc que je voudrais tenter au moins une fois (j’ai de sacré goal dans ma vie ^^). Mais je suis une très mauvaise élève, je mets pas de crème (enfin tellement rarement..) et je marche pieds nu tout le temps. Alors, j’ai investi dans la rape à pile de scholl lors de foire à la beauté de supermarché #teamfaignante (et #teampince) et c’est vraiment top !

    • En Mode Gonzesse dit :

      Pas de jugement ici, la podologue aurait pu figurer dans mes résolutions de l’année 🙂
      Et yesss, j’ai la même rape. Bon, cette femme n’a pas l’air de kiffer des masses la marque Scholl, et elle préfère les rapes manuelles… mais bon c’est toujours ça ! Vive nos yeps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*