L’insomnie, cette saloperie

Publié le 21 février 2014 | Humeurs

Ou « l’insomnie, c’est pas mon amie ».
Mais ça exprime moins bien quelle merde c’est. Pi j’aime bien dire des gros mots.

Bonjouuur !

Chez EMG, on a décidé de régler tous vos problèmes et les nôtres, au passage.

Chacha s’occupait hier de ton body de dieu/déesse (à toi de choisir ton genre, cela ne me regarde pas), je m’occupe aujourd’hui de ta tronche, parce qu’inévitablement, si t’arrives pas à pioncer, tu ressembleras à rien, pire que d’ordinaire.

L’insomnie

Il se trouve que je suis clairement concernée par la question. Ça tombe bien dis donc.
J’ai plusieurs périodes dans l’année, qui durent d’une semaine à 2-3 mois, où je n’arrive pas à dormir.
De base, j’ai du mal à me coucher tôt. Pas parce que j’ai des millions de trucs à faire, juste pour avoir l’impression de profiter de ma vie journée et ne pas faire que boulot/dodo
Mais même quand je me couche volontairement tôt (genre 22h30-23h, mamie spotted), une fois au lit…rien. J’attends, et le sommeil ne vient pas tout comme le prince charmant. J’attends jusque 3-4h du mat en général, avant d’y parvenir.
Le lendemain, of course, j’ai du mal à me lever, j’suis un zombie all day long, et le soir, malgré la fatigue, rebelote. J’ai vraiment placé « rebelote » ?

Mais pourquoi ?

Les causes de l’insomnie les plus courantes sont le stress, les syndromes anxieux ou les états d’agitation ainsi que les problèmes digestifs.

Si j’en crois ce cher Wiki, je souffre « d’Insomnie psychophysiologique »
CAD qu’il n’y a pas de raison particulière, j’suis pas une grande stressée, c’est pas trop nouveau, mais je me conditionne toute seule à cet état « d’hyper-éveil »  Ah, parce qu’en plus c’est ma faute !

1517388_783778548304674_906265721_n

Les symptômes :

– Angoisse de performance pour le sommeil. Le fameux « putaiiiin il me reste que 5 heures à dormir ! Viiiiite endors-toi bordel », ouais, je connais bien. Trop bien, même…
– Incapacité à s’endormir à une heure planifiée, mais sans aucune difficulté au cours de situations monotones. ça explique pourquoi je m’endors easy sur le canap et aussi pourquoi je lutte pour NE PAS dormir à peine le cul posé en salle de réunion.
– Qualité du sommeil améliorée en dehors de la maison. Je ne sais pas si je dors mieux, mais en tous cas je dors bien plus vite quand je ne suis pas chez moi, ou quand je ne suis pas seule. J’aurai pu la mettre à l’imparfait celle-là. Au Plus que Parfait même. Voire au passé antérieur.
– Activité mentale exacerbée au lit. C’est vrai que c’est souvent au lit que je résous la théorie de création du monde. Mais c’est un cercle vicieux ça : tu penses trop donc tu dors pas ; et comme tu dors pas, tu penses. On va pas en sortir hein !
– Tension somatique excessive. Bof, j’en ai pas l’impression, mais si Wiki le dit…

 

Comment lutter ?

J’ai fait quelques recherches, que je te compile ici. T’es un peu mon mémo personnel quoi.

1/ Devenir un homme

Ça commence bien.
Les femmes sont apparemment 150% plus sujettes aux insomnies que les hommes.
Ces cons ont plus de salaire, plus de muscles enfin ça dépend lesquels, pas de règles, pas de cystites, et maintenant z’ont AUSSI moins d’insomnies ?
Et l’égalité des sexes steuplé ?

Ou alors c’est parce qu’ils nous rendent chèvre. C’est possible aussi. Bèèèèèèèh.

 

2/ Surveiller son alimentation

Pas de café, pas de sucres (starbucks = le mal) Pas de vitamine C.
Quand je dis « pas », je veux dire « pas le soir ». T’es pas obligé(e) de supprimer tout ça.
De manière générale, mieux vaut manger relativement tôt pour mieux digérer et donc pour mieux dormir. Pour ton cul aussi.

 

3/ Faire du sport

Clairement, ça dépend des gens. Et comme pour la bouffe, ça dépend de l’heure.
Moi par exemple, ça a tendance à me réveiller, et j’ai toujours du mal à dormir en revenant de mes entrainements de Volley.
J’ai pas de mal après les matchs, parce qu’on fête nos victoires (jt’ai dit qu’on était 1eres du classement ? #autokiffage) et qu’alcoolisée, je dors nettement mieux 😉

à toi de voir, donc, si l’après-sport a tendance à te bercer ou non, et choisis des horaires en fonction.

 

4/ Se créer un environnement propice14

Pour commencer, le lit, c’est que pour dormir.  Enfin, on se comprend…
Il faut éviter d’y manger, d’y bosser, même d’y regarder la télé. Pas d’écran dans la chambre chez moi.
Le but étant que la chambre soit un lieu zen, où on se sent bien, et où, du coup, on s’endort plus vite.

Depuis quelques mois, je vaporise des huiles essentielles « spécial dodo » avant de me coucher.
Alors faut pas rêver, ça ne me fait pas pioncer dans la seconde, mais j’aime cette odeur. Ça me rappelle l’époque où je vivais chez mon père, il en vaporisait à outrance (où ça ?) et je détestais ça.
Maintenant j’adore, allez comprendre.

Ça me relaxe, je me sens bien. Rituel adopté !

 

5/ Tenter la méditation

Oui bah, je sais pas, j’te donne des idées !
Pas trop mon truc, je crois, mais j’ai surement plein de préjugés sur la question.

à méditer. Mouahah

 

6/ Finir par la drogue

Si rien de tout ça ne marche, j’vois que ça !

Se droguer légalement, j’entends, AKA allez voir son toubib.
Il saura surement mieux vous aiguiller que moi.

 

brows

Allez, faites de beaux rêves

Bises
Amandine,
experte en comptage de moutons.

Edit : J’en parle avec légèreté, mais c’est vraiment une belle merde. Pour plus de détails, voir l’excellent article de Psychosexy.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

13 Réponses pour L’insomnie, cette saloperie

  1. Paula dit :

    Je comprends ! je suis comme ça. Dans un bon jour je mets 45 minutes à m’endormir mais ça peut se compter en heures ! Si, Si !
    Par contre, en ce moment, je ne sais pas trop ce qui m’arrive, je m’endors quasi immédiatement et c’est mon réveil qui doit me réveiller. Improbable, non ? Je profite du coup !

    • En Mode Gonzesse dit :

      T’as raison, profites-en ! Je crois que s’endormir immédiatement ça ne m’est jamais arrivé. sauf bourrée ptet, quand j’étais jeune (uhuuuu)

  2. Winston dit :

    « Bonjour, je m’appelle WInston est je suis insomniaque depuis que je suis tombée enceinte (càd plus de 20 mois maintenant) »

    J’ai lu ton article avec beaucoup d’intérêt et permets-moi de te déculpabiliser sur certains points:
    1/ On ne dort pas forcément mieux avec qqn dans son lit (ton frère ronfle #MerciLaVie)
    2/ C’est normal que tu n’arrives pas à dormir en ayant fait du sport juste avant. J’ai entendu dire qu’au contraire ça réveillait car tu libérais plein d’endorphines pendant la séance. Il faut donc attendre une bonne heure pour avoir un « coup de mou » (je ne parle pas pour vous Messieurs)
    3/ J’ai une amie qui a essayé les médocs. Apparemment, ça n’a pas été mieux, voire pire car elle n’arrivait plus à se lever le matin…

    J’ai pas de solution miracle, mais comme tu l’as dit pas de télé avant de dormir et qq exercices de respiration profonde, ça peut aider!

    Besos,
    Winston

    • En Mode Gonzesse dit :

      Raison n°396 pour ne pas avoir de gosse.
      Ma liste commence à être sacrément longue ^^
      près le sport, il me faut bien plus d’une heure avant de penser à pioncer !!
      Bisous bisous

  3. Y’a des moments où je souffre pas mal d’insomnies : quand je suis stressée…ou enceinte lol Pour la deuxième option, je suis tranquille, plus de grossesses au programme. Pour le reste, bah faut juste que je gère mon stress 😉

  4. le pire c’est quand même: « moins de spermatozoïdes »!!!

    les filles ont beau être plus touchées, les gars subissent aussi!! peut-être parce qu’on se féminise de plus en plus…

    en tout cas si tu ne veux pas dormir seul, je crois que 2 ou 3 sites pourraient te fournir tout ce dont tu as besoin, après, faut pas forcément être trop regardant sur le matos…

  5. Psycho dit :

    Très bon article, j’adore le ton de ce billet 🙂

    • En Mode Gonzesse dit :

      Ohh bah si j’ai la bénédiction de Psychosexy, je peux dormir tranquille 😉
      Merci m’dame, j’ai adoré ton article et tes conseils complémentaires aux miens !

  6. Milou dit :

    Problème similaire : je refais le monde aussi au moment du coucher, comme si c’était le meilleur moment de la journée pour se demander si oui ou non j’ai préparé mes bouquins pour demain (avec le syndrome du « est-ce que ma porte d’appart est fermée »), ai-je préparer ma bouteille d’eau… Alors j’ai pris le problème à la racine (oui oui oui!) : si je cogite, je prends un petit carnet (un bout de papier suffit, tant qu’on peut écrire!) + son binôme le stylo et j’écris mes questions, mes remarques, les trucs auxquels penser le lendemain… Je mets ce papelard en évidence pour ne pas le louper et ainsi toutes ces pensées s’évaporent et je me sens plus légère.. (même si en période de stress, ce n’est pas un malheureux bout de papier qui me sauve et m’emmène au pays des rêves..)
    Et quand je me sens pas au top, que je sens que le sommeil sera carrément du rêve, ba je me fais une tisane, comme une mémé, osef moi aussi je veux dormir!

  7. Christian dit :

    Bonjour problème d insomnie depuis 12 ans une pharmacie de rennes ma donné des bactéries pour la flore intestinal,ça va très bien,je suis toujours avec ses cachets ,à voir sur le long terme

  8. Bonjour,

    Votre article est intéressant, je me suis pas mal penché sur le sujet et je vous propose de consulter ces quelques conseils qui peuvent vous aider !

    http://www.osteopathes.paris/insomnie/

    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*